Annexée au sein du Reichsland en 1871, Morhange voit son destin basculer par l’ordonnance impériale du 1er février 1890. Préférée à Château-Salins, jugée trop proche de la frontière avec la France, la ville est transformée en place militaire par Guillaume II. L’administration allemande, qui a prévu de bâtir une cité et un glacis défensif, engage des moyens financiers sans précédents pour mener à bien les travaux de construction des casernes et des annexes sur les terrains acquis à l’est du petit bourg. Les alentours de la localité se métamorphosent en un immense chantier. La ville nouvelle devient une colonie militaire entourée de casernes et d’écuries. La garnison de Morhange devient, dès 1904, la deuxième plus importante de Lorraine après celle de Metz. Elle compte alors plus de 4 000 soldats pour une population de 7 000 habitants, composée en majorité de cultivateurs et de vignerons.

Une riche et en partie inédite iconographie permet de faire revivre la période de l’annexion, de l’arrivée des premiers militaires allemands venus coloniser Morhange en avril 1890 à la libération de la ville par les troupes françaises en novembre 1918, ponctués par les grandes manœuvres du XVIe corps d’armée, les visites du Kaiser et s’achevant dans le sang de la bataille des 19 et 20 août 1914, l’une des premières de la Grande Guerre.

Publié aux Editions des Paraiges à Metz

Couverture livre